RAPPORT ANNUEL 2013-2014

La Galère traitera des tournants et des tourments qui bouleverseront la vie de nos quatre filles : Steff, Claude, Mimi et Isa.

Volet convergent

Le volet convergent appuie des projets canadiens à plateformes multiples qui doivent comprendre un contenu qui sera produit afin d’être distribué sur au moins deux plateformes, dont la télévision.Plus précisément, au moyen de ce volet, le Fonds des médias du Canada (FMC) finance le développement et la production d’émissions télévisuelles et de contenu connexe destiné aux médias numériques dans les quatre genres sous-représentés suivants : dramatiques, documentaires, émissions pour enfants et jeunes ainsi que variétés et arts de la scène. La composante médias numériques exigée doit comporter un contenu interactif riche et élaboré, et peut inclure des jeux et des médias interactifs riches, notamment des séries Web, des livres numériques et des projets de médias sociaux. Le Volet convergent vise à soutenir l’accès à du contenu canadien partout, en tout temps, dans l’appareil du choix de l’utilisateur.

Les programmes et les mesures incitatives qui constituent le Volet convergent visent à encourager la création de contenu dans toutes les régions du Canada et dans les diverses langues parlées par les Canadiens. La majorité du financement de ce volet est versée au moyen du Programme des enveloppes de rendement. 

Financement du volet convergent

En 2013-2014, le FMC a versé 305,6 millions de dollars pour financer la production de 475 projets convergents, ce qui a permis de produire près de 2 600 heures de nouveau contenu. Le financement a diminué de 5,1 % par rapport à l’exercice précédent. En 2013-2014, le financement total octroyé à la composante télévision s’est établi à 281,6 millions, une baisse par rapport à 2012-2013. De son côté, le financement versé à la composante médias numériques a augmenté de 9,4 % comparativement à 2012-2013, même si 10 projets de moins ont été soutenus. Cette situation indique une hausse des devis de production en 2013-2014. En effet, les devis des composantes médias numériques ont atteint une moyenne de 200 000 $, à la suite de bonds importants au cours des deux derniers exercices, et ce, dans tous les genres. Les budgets convergents totaux déclenchés ont été 1,1 % inférieurs à ceux de 2012-2013. La proportion entre le financement et le budget est demeurée stable par rapport à l’an dernier, s’établissant à 3,7:1. Cette situation témoigne de la vitalité de l’industrie.

Parmi les émissions de langue anglaise dans les genres soutenus par le FMC, ce sont les dramatiques qui ont reçu la plus grande part de financement (55,0 %), suivies des émissions pour enfants et jeunes (21,8 %), des documentaires (18,0 %) et des émissions de variétés et arts de la scène (5,2 %). Le devis moyen des émissions pour enfants et jeunes a atteint un record des quatre dernières années, autant en langue anglaise qu’en langue française. Les dramatiques de langue anglaise se maintiennent à un niveau similaire depuis trois ans, soit plus de 1,6 million par heure. Le devis moyen des documentaires de langue anglaise s’est établi pour sa part à 320 000 $ par heure en 2012-2013 comme en 2013-2014. Le devis des émissions de variétés et des arts de la scène fluctue grandement en raison de l’apparition de séries de compétition à budget élevé en 2011-2012 et en 2013-2014. Les dramatiques de langue anglaise et française de même que les différentes composantes médias numériques sont la source d’une croissance du financement de 2,0 millions de 2012-2013 à 2013-2014, ce qui comprend 1,8 million en divers engagements de médias numériques. Le financement des composantes médias numériques de langue anglaise dans le genre des documentaires a continué d’accaparer la plus grande part du financement, à 35,7 % des engagements de langue anglaise en 2013-2014. Les devis des composantes de deuxième écran des documentaires ont atteint 9,2 millions.

Sur le marché francophone, les dramatiques ont reçu 50,8 % du financement total, suivies des documentaires (24,9 %), des émissions pour enfants et jeunes (16,8 %) et des émissions de variétés et des arts de la scène (7,5 %). Le financement des dramatiques de langue française a augmenté de 1,8 million par rapport à 2012-2013. Au cours des trois dernières années, les devis moyens des émissions de variétés et des arts de la scène ainsi que des émissions pour enfants et jeunes ont augmenté, atteignant respectivement 225 000 $ et 158 000 $ cette année. Les composantes médias numériques de langue française ont reçu des fonds de 4,4 millions au titre de la MIMNC.

Enfin, le devis moyen des émissions en langues autochtones a atteint un sommet des quatre dernières années, soit 192 000 $ par heure.

Sommaire convergent- Production : 2012-2013 et 2013-2014

  TV MN Convergent
2012-2013 2013-2014 2012-2013 2013-2014 2012-2013 2013-2014
Financement
(M$)
Heures Financement
(M$)
Heures Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets Budgets totaux
(M$)
Enfants et jeunes 36,5 305 38,7 302 4,9 34 4,2 24 41,4 45 42,9 49 184,2
Documentaire 31,3 400 30,5 403 5,5 42 5,0 35 36,8 137 35,5 125 139,0
Dramatique 120,2 294 104,4 261 2,1 20 4,0 23 122,3 42 108,4 35 436,6
Variétés et arts de la scène 9,0 91 9,5 57 0,6 5 0,8 6 9,6 17 10,3 17 25,1
Total - anglais 197,0 1 090 183,1 1 023 13,1 101 14,0 88 210,1 241 197,1 226 784,9
Enfants et jeunes 17,4 440 15,5 386 1,7 26 1,2 23 19,1 37 16.7 37 64,2
Documentaire 23,6 394 22,7 446 2,6 38 2,0 38 26,2 114 24.7 126 71,5
Dramatique 46,2 354 47,2 380 2,3 22 3,1 27 48,5 28 50.3 32 170,4
Variétés et arts de la scène 8,8 305 6,5 264 0,6 8 0,9 12 9,4 41 7.4 30 61,3
Total - français 96,0 1 493 91,9 1 476 7,2 94 7,2 100 103,2 220 99,1 225 367,4
Autochtone 5,9 74 5,5 56 0,8 18 1,0 14 6,7 18 6,5 14 12,4
Diversité linguistique 1,2 31 1,1 25 0,9 10 1,8 11 2,1 10 2,9 10 5,8
Total - toutes langues 300,1 2 688 281,6 2 580 22,0 223 24,0 213 322,1 489 305,6 475 1 170,5

 

Sommaire convergent- Production : 2010-2011 et 2011-2012

  TV MN Convergent
2010-2011 2011-2012 2010-2011 2011-2012 2010-2011 2011-2012
Financement
(M$)
Heures Financement
(M$)
Heures Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets Financement
(M$)
Nombre de projets
Enfants et jeunes 37,6 304 39,2 353 1,6 17 3,1 26 39,2 42 42,3 44
Documentaire 29,6 281 36,0 366 0,4 12 0,7 25 30,0 114 36,7 143
Dramatique 111,8 273 112,1 298 1,0 10 1,3 16 112,8 43 113,4 40
Variétés et arts de la scène 3,6 57 11,6 72 0,0 0 0,1 5 3,6 13 11,7 15
Total - anglais 182,6 915 198,9 1 089 3,0 39 5,2 72 185,6 212 204,1 242
Enfants et jeunes 14,6 369 16,6 445 0,5 10 0,5 20 15,1 30 17,1 35
Documentaire 22,0 380 23,4 416 0,7 26 1,0 35 22,7 117 24,4 127
Dramatique 47,7 383 46,0 307 0,5 16 0,9 19 48,2 32 46,9 29
Variétés et arts de la scène 9,5 359 11,0 466 0,4 11 0,3 9 9,9 37 11,3 48
Total - français 93,8 1 491 97,0 1 634 2,1 63 2,7 83 95,9 216 99,7 239
Autochtone 4,8 67 6,2 62 1,0 11 1,0 17 5,8 16 7.2 18
Diversité linguistique 0,9 18 1,2 16 0,1 4 0,3 5 1,0 8 1,5 10
Total - toutes langues 282,1 2 491 303,3 2 801 6,2 117 9,2 177 288,3 452 312,5 509

 

Tendance des budget moyen par heure - télévision

K$ 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Anglais        
Enfants et jeunes 512 445 518 586
Documentaire 356 342 320 322
Dramatique 1 408 1 668 1 610 1 649
Variétés et arts de la scène 219 474 248 414
Français        
Enfants et jeunes 147 146 150 158
Documentaire 165 159 162 150
Dramatique 430 512 445 436
Variétés et arts de la scène 156 159 210 225
Autochtone 154 184 142 192
Diversité linguistique 158 250 151 129

 

Tendance des budget moyen par heure - médias numériques

K$ 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Anglais        
Enfants et jeunes 223 246 216 290
Documentaire 98 64 191 264
Dramatique 210 166 156 258
Variétés et arts de la scène s.o. 89 162 292
Français        
Enfants et jeunes 155 127 139 145
Documentaire 84 74 108 118
Dramatique 111 140 182 183
Variétés et arts de la scène 83 137 96 173
Autochtone 206 125 65 118
Diversité linguistique 55 157 135 226

 

Financement du FMC -- Projets convergents par rapport aux budgets de production

 

Deuxième plateforme

En 2013-2014, les projets étaient jugés convergents si la composante télévision :

  • était complétée par une ou par plusieurs composantes médias numériques (MN);
  • a été diffusée par l’intermédiaire d’une distribution numérique non simultanée; ou
  • a été diffusée par un service de vidéo sur demande (VSD) titulaire d’une licence de diffusion du CRTC.

Après deux années de croissance, la part du financement consacré à des projets convergents assortis d’une composante MN a légèrement reculé dans les deux marchés linguistiques, mais la baisse a été plus importante dans le marché francophone (3,0 points) que dans le marché anglophone (2,1 points). La croissance de 2,0 millions dans le financement des MN semble toutefois démentir cette nouvelle tendance. En effet, la part du nombre de projets assortis d’une composante MN est demeurée la même que l’année dernière, ce qui donne à penser que le financement d’émissions de télévision assorties d’une composante de deuxième écran a diminué comparativement à celles diffusées par l’intermédiaire d’une distribution numérique ou offertes en VSD. Tous les projets des programmes autochtones et de diversité linguistique ont fait appel aux médias numériques comme deuxième plateforme. La plupart des projets convergents assortis d’une composante MN ont reçu un financement supérieur à celui attribué aux projets assortis d’un autre type de deuxième plateforme; ainsi, les projets convergents assortis d’une composante MN ont capté une part plus grande du financement du FMC comparativement au pourcentage du nombre total de projets convergents.

Retour Haut de la page

Sources de financement des projets du volet convergent

Retour Haut de la page

Télévision

Si les sources de financement varient d’un genre à un autre, les télédiffuseurs ont néanmoins fourni la part la plus importante, ou la deuxième en importance, du financement des projets de télévision de langue anglaise, la part la plus élevée de financement versé par les télédiffuseurs s’établissant à 39,8 %, pour les documentaires. Dans l’ensemble, le FMC a versé 25,7 % du financement des productions de langue anglaise, ce qui le place au deuxième rang des bailleurs de fonds. Les crédits d’impôt provinciaux et les sociétés de financement arrivent au troisième rang des bailleurs de fonds, à 18,9 % dans l’ensemble. Toujours sur le marché anglophone, les distributeurs canadiens ont contribué de façon importante aux dramatiques (8,9 %) et aux émissions pour enfants et jeunes (9,3 %). La part des producteurs de langue anglaise s’établit à 5,8 % dans le cas des dramatiques, mais elle ne dépasse les 2,4 % dans aucun autre genre. Les commanditaires et le financement participatif (classés dans la catégorie « Autres sources ») ont effectué des contributions appréciables à quelques productions documentaires (0,9 %).

La part des télédiffuseurs est plus élevée dans les projets de langue française (41,7 % dans l’ensemble) que dans ceux de langue anglaise, à l’exception des documentaires. Les documentaires de langue française constituent en outre le seul genre auquel le FMC a contribué davantage que les télédiffuseurs (37,4 % contre 27,9 %). Dans l’ensemble, la part du FMC a constitué 27,2 % du financement des projets de langue française, la participation la plus faible du Fonds (11,0 %) étant observée dans le genre des émissions de variétés et des arts de la scène. L’investissement des producteurs représente moins de 1,7 % de tout le financement des productions de langue française. Quelques projets documentaires ont reçu du soutien d’administrations municipales (0,1 %, catégorie « Autres sources »).


Financement: Télévision - Français


Financement: Télévision - Anglais

 

Retour Haut de la page

Médias numériques

La composante médias numériques a attiré moins de partenaires financiers que la composante télévision. Les télédiffuseurs ont fourni davantage que le déclencheur minimal exigé, et leur contribution a représenté en moyenne 21,2 % des budgets MN.

Langue française

Les fonds privés ont joué un rôle important dans le financement des médias numériques de langue française, leur part s’établissant à 24,0 % du soutien. Les télédiffuseurs de langue française ont offert 25,0 % du financement des projets MN. Le FMC, à 48,2 %, a été le principal bailleur de fonds. L’investissement des producteurs de langue française était plutôt faible en comparaison, s’établissant à 1,0 % dans l’ensemble. Le soutien des gouvernements provinciaux aux médias numériques de langue française a été négligeable, à 1,2 % en moyenne.

Langue anglaise

En général, le FMC est le principal bailleur de fonds des projets MN de langue anglaise (58,2 %). Dans l’ensemble, les télédiffuseurs de langue anglaise ont fourni 20,7 % du financement des médias numériques. Les gouvernements provinciaux, y compris les crédits d’impôt, ont octroyé 11,2 % du financement. La part des fonds privés dans le financement des projets est importante, soit 5,2 %. L’investissement des producteurs de langue anglaise en médias numériques ressemble à celui de la composante télévision, à 2,3 %.

Retour Haut de la page